Search
en-USfr-CA
22 octobre 2019

Nouvelles de Saskatoon

La Troupe du Jour présente sa prochaine saison

  • 10 juin 2019
  • Auteur: Simb Simb
  • Nombre de vues: 1937
  • 0 Commentaires

Lancement de la saison 2019-20 de La Troupe du jour

Lancement de la saison 2019-20 de La Troupe du jour

Le directeur par intérim de LTDJ, David Granger, et Gilles Zolty dans l'interprétation d'une chanson de Charles Trenet
Photo : Simb Simb (2019)
SASKATOON - La vendredi 24 mai dernier, c’est dans son Studio 914, situé au cœur du quartier Riversdale de Saskatoon, que la Troupe du Jour a tenu le lancement de sa saison 2019-2020. Au nom de son partenariat avec la Fédération des francophones de Saskatoon, le 5 à 7 hebdomadaire s’est ainsi déplacé du Relais au Studio 914.

Le lancement a commencé à 11 heures du matin avec une conférence de presse qui a dévoilé le contenu de la saison de manière détaillée au public. La saison 2019-2020 débute cet été avec un spectacle estival qui parcourra la province entière.

La saison accordera la priorité aux talents des auteurs et artistes de la Saskatchewan. Et selon le directeur artistique par intérim David Granger, « c’est la même recette, avec une production maison de plus cette année, donc trois productions de la Troupe du Jour et trois accueils qu’on amènera d’un peu partout au Canada ».

De belles couleurs annoncées

Du côté des productions de la Troupe, le public découvrira Scapin de Molière, un spectacle communautaire doté d’un texte bilingue, dont les auditions auront lieu du 17 au 25 août 2019. Cette adaptation sera présentée du 30 octobre au 2 novembre 2019. La production professionnelle Will et Ernest, le premier texte dramatique de la romancière fransaskoise Martine Noël-Maw, sera quant à elle présentée du 14 au 23 février 2020.

Parmi les accueils, il y aura Running Piece, une chorégraphie de Jacques Poulin-Denis de Montréal. Cette œuvre met en scène un ensemble de mouvements, une machine à voyager sans se déplacer où le protagoniste fait du surplace, mais est pourtant forcé d’aller toujours de l’avant. Les dates du 15 et 16 novembre 2019 sont arrêtées pour faire découvrir au public cette réalisation intéressante.

Seront aussi accueillis Jack en provenance du théâtre du Nouvel Ontario à Sudbury, ainsi que pour les tout-petits Inès de l’Ouest, une adaptation de Vancouver basée sur Réal de Montréal. Ces pièces seront respectivement présentées du 16 au 18 avril et le 22 mai 2020.

En plus du discours de bienvenue de David Granger en tant que directeur artistique de la Troupe du Jour, la soirée de lancement a été enrichie d’une brève présentation de la pièce Will et Ernest par Bruce McKay.

Par ailleurs, les amoureux de la chanson française ont eu l’occasion, en toute nostalgie, de revivre quelques souvenirs d’antan en appréciant une interprétation de la chanson La mer de Charles Trenet par David Granger, accompagné à la guitare par Giles Zolty. Une soirée de levée de fonds organisée à travers la vente de vêtements de seconde main a également eu lieu.

Une crise financière « pas irrémédiable »

Cela fait des mois que la Troupe du Jour accuse un déficit financier de près de 20 000 $. Mais, de l’avis du directeur artistique par intérim, des initiatives efficaces ont été prises jusqu’ici : « On a déjà un comité en place qui cherche à redresser la situation. Nous avons été en contact avec nos principaux bailleurs de fonds, et c’est correct à niveau. Il s’agit de resserrer la ceinture, de prélever les fonds et d’essayer d’amener le plus de gens possible au théâtre, c’est notre mandat premier. »

Le responsable poursuit, confiant : « Et comme autre stratégie de financement autonome, nous avons des locaux et bureaux à louer et qui n’attendent qu’à être loués ». Les derniers propos de David Granger rappellent d’ailleurs que le contrat de bail du Gordon Tootoosis Theatre Company qui louait quelques locaux de la Troupe prend fin car les espaces loués étaient devenus trop étroits pour cette compagnie qui a, au fil des ans, connu un effectif croissant.

Tout compte fait, David Granger soutient que les mesures prises sont prometteuses : « Je suis assez optimiste. C’est un gros montant, mais en perspective ça ne l’est pas trop. J’ai parlé en fait à plusieurs autres compagnies de théâtre qui ont vécu la même chose et ça arrive, c’est très commun. Je suis très confiant qu’on va s’en sortir ».

Il ne reste plus qu’au public à aller soutenir la seule compagnie francophone de théâtre de la Saskatchewan en allant découvrir ce qu’elle lui réserve cette saison.

Imprimer
Balises:
Noter cet article:
Pas de note

Theme picker

Copyright 2019 Portail fransaskois Conditions d'utilisation Déclaration de confidentialité
Back To Top